Business model : Comment réussir sa réflexion et son produit ?

Dans toute aventure entrepreneuriale, on a l’habitude d’entendre qu’il faut se focaliser avant tout sur son business model. Un business model bien ficelé permettrait en effet de réussir sa réflexion et son produit (et même de rassurer son banquier !). Il constitue aussi la base du business plan, qui est considéré comme le gage de réussite de tout projet entrepreneurial. Qu’en est-il réellement ? Cet article s’adresse à tout porteur de projets : nouveaux entrepreneurs, mais aussi sociétés qui se réorientent.

Business model et business plan : quel intérêt ?

Le business model, ou modèle économique, fait partie des fondamentaux de l’apprentissage de toute école de commerce. C’est également un terme très prisé par les banques. En effet, à la question « pouvez-vous financer mon projet d’entreprise ? », le banquier a tendance à répondre directement : « Quel est votre business model ? » (il vous demandera ensuite un business plan bien détaillé).

business model

La définition du business model est la suivante : travail de réflexion et de synthèse qui permet de définir les grands axes d’un projet entrepreneurial. C’est en quelque sorte le point de départ. Le modèle économique précise comment l’entreprise va gagner de l’argent et établit un diagnostic de l’état du marché en question (habitudes de consommation des clients ciblés, benchmark, best practices des concurrents, etc.).

 

Avoir une idée de base très précise n’est pas toujours évident au début. C’est pourquoi de nombreux entrepreneurs commencent par étudier les modèles qui ont le vent en poupe. D’ailleurs, pour vous aider dans votre réflexion, vous pouvez vous inspirer de ces exemples de business models innovants et à forte croissance.

Le business model est l’élément fondamental du business plan, qui rendra concrets plusieurs éléments, tels que le bilan prévisionnel, le plan de trésorerie, le compte de résultat et les sources de financement du projet. Ainsi, le business plan, aussi appelé plan d’affaires, est la continuité de la réflexion engendrée par le business model. Il formalise à l’écrit toutes les projections d’évolution de l’entreprise.

Business model et business plan sont donc des outils permettant de réfléchir de manière globale à son produit et aux perspectives de business. Ces feuilles de route peuvent être appuyées d’éléments simples et « visuels », notamment sous la forme d’un business model canvas.

questionMais est-ce vraiment obligatoire d’avoir un business model et un business plan définis à 100 % pour réussir ? Une jeune entreprise a-t-elle réellement besoin d’un business model clair comme de l’eau de roche pour fonctionner, surtout au départ ?

Business model : business plan VS plan de croissance

Si le business model a tendance à rassurer tout le monde et vous le premier, faites néanmoins attention à ne pas tomber dans le piège de la planification à outrance. Toute aventure entrepreneuriale comporte des risques, c’est inévitable. Mais l’un des plus gros risques est l’immobilisme.

Vouloir un business plan bien verrouillé et “parfait” risque de ralentir, voire d’être contre-productif, pour lancer l’activité (sans compter que c’est tout bonnement impossible). Ajoutez à cela des blocages mentaux et quelques biais cognitifs, et le business plan risque de freiner l’élan de l’entrepreneur, notamment dans le cas d’une startup.

Cela est d’autant plus vrai si la clientèle est déjà trouvée et que le produit ou le service semble répondre à un besoin réel. En effet, trouver des clients et un produit/service adéquat (surtout s’il est scalable et agile) est plus important. C’est même la priorité numéro 1 : la mise en place du business model arrive souvent après ou pendant cette recherche de clients. Citons l’exemple emblématique de Facebook, qui n’avait aucun business model avant fin 2008.

C’est contre-intuitif, mais dans la réalité entrepreneuriale, le business plan reste secondaire en fait. Il vient après le produit/service, et même après la communication autour de celui-ci.

On lui préfèrera un plan de croissance économique bien pensé, qui lui n’est pas aussi défini et figé que le business plan. Aussi appelé plan d’affaires pour la croissance, il s’agit d’un indicateur à consulter périodiquement durant toute la vie de l’entreprise (et pas uniquement à son lancement). Il permet d’identifier ses rendements à un instant T et les stratégies les plus adéquates en matière de croissance.

Dans toute démarche entrepreneuriale, il s’agit de remettre le besoin client au centre de la réflexion : il est essentiel d’adopter une orientation client avant tout. Surtout que dans la plupart des business actuels, bien malin celui qui sait précisément ce qu’il va vendre dans quelques années.

Un business plan trop détaillé risque d’empêcher l’entreprise d’être agile et de pouvoir se retourner rapidement pour s’adapter à un revirement du marché.

Cela est d’autant plus vrai dans le cas d’entreprises de taille significative et même des PME. Pour espérer survivre dans la durée, il est crucial de conserver une marge d’agilité pour son business.

Quoi qu’il en soit, il est certain que vous ne pouvez pas démarrer une activité commerciale sans comprendre ce que vous allez dépenser et comment le financer.

Se faire accompagner dans sa réflexion

Parfois, avoir de bonnes idées ne suffit pas. Il faut savoir comment les mettre en place concrètement et faire en sorte qu’elles soient rentables économiquement. Il est primordial de penser en termes d’opportunités de business.

En tant qu’entrepreneur ou gérant de société en cours de réorientation, si vous rencontrez des difficultés financières, ce n’est pas le business model qui va à lui seul vous sauver. Il peut alors être judicieux de se faire conseiller par des experts du financement. Ils sont en effet habitués à trouver des solutions innovantes pour accélérer la croissance des entreprises.

Atlance est l’un d’eux et peut vous accompagner en deux points :
– vous orienter vers un Go-To-Market rapide afin de maintenir et d’accroître votre base clients ;
– vous aider à réduire les risques opérationnels et financiers de votre produit via le financement des ventes.

Il s’agit donc de bénéficier de conseils, mais aussi et surtout de solutions de financement innovantes (que vous pouvez découvrir ici !) afin de relancer votre business model.

La priorité est donc de trouver votre clientèle cible, de peaufiner votre produit et de chercher des sources de financement fiables.

Tel est le signe d’une réflexion produit réussie. Il vaut mieux éviter de rester désespérément accroché à un business model immuable. Ainsi, il est essentiel d’inventer votre business model, mais il faut aussi savoir quand il est nécessaire de le remettre en question et de le réinventer. C’est là tout le propos de cet article.

Livre blanc

20 raisons de privilégier la location à la vente en B2B

Le terme location vous est étranger dans votre modèle de vente ? Qu'il soit question de location, de redevance ou de facturation à l'usage, la tradition de l'achat tend à disparaître au profit d'une facturation plus proche de l'usage et qui apporte surtout des garanties nécessaires aux décideurs.

Télécharger l'ebook gratuit