Comparatif : leasing ou crédit-bail. Tout savoir pour mieux choisir.

Lorsque vient l’étape cruciale du financement, le système de location avec un business model centré sur l’abonnement peut faire une vraie différence. Pour le vendeur, c’est une option supplémentaire qui vient conforter la relation commerciale. Pour l’acheteur, c’est la garantie de mieux gérer sa trésorerie sans devoir solliciter un emprunt bancaire ou puiser dans ses fonds propres. En matière de financement, on distingue deux grandes solutions. D’un côté le leasing et de l’autre le crédit-bail. Pour en savoir plus, on décortique pour vous ces deux options de financement afin de trouver celle qui correspond le mieux à vos besoins.

Leasing et crédit-bail, quelles sont les différences ?

Le leasing est une location pour une durée fixe qui est précisée sur le contrat de location et qui ne comprend aucune option d’achat (dans le cas contraire, on parle de « LOA » pour « location avec option d’achat ​»). Au terme du contrat, vous avez deux possibilités : soit restituer l’équipement et conclure ou non un nouveau contrat, soit prolonger l’utilisation de l’équipement. Le leasing est ouvert aux particuliers et aux professionnels.

Le crédit-bail est uniquement réservé aux professionnels et ne permet pas la résiliation du contrat avant le terme, sauf en cas d’autorisation particulière du bailleur et moyennant le paiement de pénalités.

Les risques et garanties

Le leasing peut être exercé par de simples entreprises non agrémentées par les autorités bancaires. C’est une pratique qui dépend juridiquement du code du commerce. Cela signifie que votre société peut vendre sous la forme de leasing en toute simplicité. C’est donc davantage une question stratégique de business-model qu’une question administrative.

Il faut voir le leasing comme un moyen de financer un usage. On loue un service pour en externaliser sa gestion et il est possible d’y ajouter des options et des services complémentaires comme la maintenance, les mises à jour, l’assistance, etc.

Le crédit-bail nécessite la présence d’un établissement de crédit dans les parties prenantes au contrat. Cet établissement doit être agrémenté par les autorités bancaires et membre de l’Association Française des Établissements Financiers.

C’est une pratique qui dépend juridiquement du code monétaire et financier. C’est un système de financement qu’il faut le voir comme un crédit étalé dans le temps. En général, la maintenance est à la charge du client.

Leasing et crédit-bail : quelle flexibilité ?

Le leasing et le crédit-bail sont par nature des solutions qui offrent davantage de flexibilité qu’un achat en propre. Il existe toutefois quelques différences entre les deux systèmes.

Avec le leasing, les loyers sont flexibles et toutes les mensualités sont ajustables. Cela permet de faire face à d’éventuels impondérables et offre une grande scalabilité en cas de changement de périmètre organisationnel. Il n’y a pas d’avance de TVA à payer et on peut faire évoluer le contrat facilement.

Le crédit-bail est beaucoup moins flexible, puisqu’on ne peut pas ajuster les loyers. De même, à moins d’une entente avec le bailleur, on ne peut pas prolonger le contrat.

Quel traitement comptable pour le leasing et le crédit-bail ?

En normes françaises, le leasing est comptabilisé au compte de résultats et est donc considéré comme une charge. Il est idéalement adapté au financement de solutions à l’usage.

D’un autre côté, le crédit-bail est traité au bilan et est davantage adapté au financement d’équipements dont l’obsolescence est plus lointaine.

Leasing et crédit-bail: quels sont les cas d’usage ?

Historiquement, le crédit-bail était plutôt utilisé par les entreprises pour acheter des biens d’équipements, des machines, ainsi que le matériel d’exploitation. Toutefois, il s’agit d’un levier en perte de vitesse, en raison d’une flexibilité limitée. C’est ainsi que de plus en plus d’entreprises voient dans le leasing une solution bien plus efficace.

Parce que les entreprises souhaitent répondre efficacement à l’impact de l’obsolescence sur leur productivité, le leasing s’impose.

Le leasing : pierre angulaire de l’économie de l’usage et de l’amélioration de vos ventes !

Le leasing est une offre de financement qui gagne en popularité. Et les raisons sont nombreuses : vos clients n’ont pas besoin de demander un prêt à leur banque, les coûts sont lissés et sous contrôle, la trésorerie est préservée, la scalabilité est garantie et les offres complémentaires incluses permettent de créer de la valeur. Sans compter que le leasing est aussi une solution qui promeut le développement durable en limitant les achats à usage linéaire pour favoriser l’économie circulaire et la réutilisation. Il n’est donc pas surprenant que les clients en B2B soient demandeurs d’une offre de leasing pour utiliser un bien plutôt que de l’acquérir. Et pour le vendeur, c’est aussi une arme commerciale afin d’accroître ses ventes et de développer son chiffre d’affaires.

Plus flexible, plus efficace, plus scalable et meilleur pour votre trésorerie et pour la planète, le leasing révolutionne les achats. Les entreprises peuvent ainsi viser plus haut et sécuriser leur développement et leurs investissements en toute sérénité.

Livre blanc

20 raisons de privilégier la location à la vente en B2B

Le terme location vous est étranger dans votre modèle de vente ? Qu'il soit question de location, de redevance ou de facturation à l'usage, la tradition de l'achat tend à disparaître au profit d'une facturation plus proche de l'usage et qui apporte surtout des garanties nécessaires aux décideurs.

Télécharger l'ebook gratuit