Financement des ventes : leasing, LOA ou crédit-bail, quelle solution privilégier ?

Peu d’entreprises sont capables de se structurer et de grandir correctement sans un matériel performant et adéquat. Or, si investir dans un nouvel outil ou une nouvelle technologie est aujourd’hui indispensable pour travailler mieux. Prendre les bonnes décisions au bon moment n’est pas tout le temps aisé. De même, nombreuses sont les entreprises à la recherche de flexibilité, y compris dans leur façon d’investir.

En effet, acheter des équipements ou les renouveler immobilise de la trésorerie de manière significative et enferme l’organisation dans ses choix techniques avec peu d’évolutivité. C’est la raison pour laquelle la location est un choix de plus en plus courant qui associe agilité et efficacité. Ce qui compte, c’est l’usage, et non la possession. Et en matière de financement, le crédit-bail et le leasing représentent des solutions incontournables, mais différentes. Explications.

Leasing, LOA, Crédit-bail, comment s’y retrouver ?

Ce sont trois moyens différents de transformer un produit en usage avec un système de loyer. Mais si la terminologie est proche, le sens est différent et il existe des nuances dans les spécificités de chaque contrat. Toujours bon à savoir au moment de s’engager avec une formule de location.

Leasing

Le leasing est le terme anglais qui s’impose en France pour désigner la location d’un bien. Il s’agit d’une location pour une durée fixe qui est précisée sur le contrat de location qui ne comprend aucune option d’achat. Au terme du contrat, vous avez deux possibilités: soit conclure un nouveau contrat, soit ne pas le prolonger et restituer l’équipement. À aucun moment vous ne devenez propriétaire du bien. C’est une solution pratique lorsque vous avez besoin d’un produit sur le court ou moyen terme pour un usage spécifique et non récurrent. À noter que certains contrats de leasing intègrent des services complémentaires (maintenance, sécurité, assurance, mise à jour…). L’intérêt mutuel pour le “leaser” et son client tient à la capacité du premier à revaloriser les équipements à l’issue de leur utilisation. Ces contrats offrent en pratique une grande flexibilité afin de suivre les évolutions du marché et éviter l’obsolescence.

Location avec option d’achat (LOA)

C’est le même principe que le leasing. Mais, à l’issue du contrat, vous avez la possibilité de devenir propriétaire de l’équipement loué en payant un montant défini d’avance. C’est ce qu’on appelle le paiement de la valeur résiduelle. En général, à l’issue d’une LOA, trois options s’offrent à vous :

  • Devenir propriétaire du bien en payant la valeur résiduelle.
  • Restituer le bien.
  • Renouveler le contrat de location.

C’est une formule qui est efficace lorsqu’une incertitude pèse sur les projets futurs. La LOA est suffisamment flexible pour vous permettre de faire évoluer vos besoins en cours ou à l’issue du contrat. Toutefois, la capacité du loueur à générer de la marge sur ses contrats tient essentiellement dans la valeur de rachat. Le loueur aura donc intérêt à prendre peu de risque sur cette valeur future.

Crédit-bail

Il fonctionne comme la LOA, à la seule différence : il ne concerne que les professionnels (là où la LOA concerne particuliers et professionnels) et qu’il n’est pas possible de résilier le contrat avant son terme. Le crédit-bail passe par un financement bancaire, ce qui permet de consolider ses actifs auprès d’un seul interlocuteur. En effet, contrairement aux contrats de leasing et LOA, le crédit-bail figure systématiquement au bilan et non comme charge opérationnel dans les comptes.   Cette solution est donc figée : aucune flexibilité, aucune possibilité de faire évoluer le contrat ou d’ajuster les loyers.

Les solutions de location en un coup d’œil

leasing ou Crédit-bail

Leasing, LOA ou Crédit-bail : quelle formule privilégier selon le contexte ?

Si votre achat porte sur du matériel incluant une technologie (matériel informatique, serveur, IoT, etc.), vous serez à la recherche d’une grande flexibilité. Les cycles de renouvellement étant de plus en plus courts et l’obsolescence plus rapide. Il vous faut fidéliser vos clients avec des options qui n’enferment pas. Pour chaque produit où le besoin de renouvellement est fréquent, et où il existe un marché avec une valeur de revente élevée (comme c’est le cas pour les équipements médicaux, de restauration, et les véhicules automobiles), le leasing est la meilleure option.

Dans le cadre de matériel nécessaire au fonctionnement de votre activité avec peu d’évolution critique (système de caisse pour les commerçants, fauteuil dentaire pour les dentistes, mobilier professionnel, etc.), le crédit-bail peut être une solution pertinente.

 

Dans le cas de matériel dont l’utilisation peut être prolongée au-delà de la période prévue (engins roulants, engins de chantiers, camions, utilitaires, véhicules de fonction), la LOA est pratique, car vous avez la possibilité de vous positionner sur un achat à la fin du contrat. C’est le prolongement du leasing lorsque l’entreprise estime qu’elle peut avoir un intérêt à racheter le matériel. On retrouve ainsi un modèle proche de celui du crédit-bail, mais bien plus flexible opérationnellement. Si chaque solution doit être adaptée aux usages et aux besoins, le leasing et la LOA sont des options privilégiées par les professionnels pour leur flexibilité et leur impact réduit au bilan. En effet celles-ci sont mieux structurées pour des questions d’agilité opérationnelle.

Livre blanc

20 raisons de privilégier la location à la vente en B2B

Le terme location vous est étranger dans votre modèle de vente ? Qu'il soit question de location, de redevance ou de facturation à l'usage, la tradition de l'achat tend à disparaître au profit d'une facturation plus proche de l'usage et qui apporte surtout des garanties nécessaires aux décideurs.

Télécharger l'ebook gratuit